Statistiques nationales

Les ventes résidentielles continuent de ralentir en juillet

Ottawa (Ontario), le 15 août 2022 – Selon les statistiques publiées aujourd’hui par L’Association canadienne de l’immobilier (ACI), les ventes résidentielles ont ralenti davantage en juillet 2022.

Faits saillants

  • En juillet, les ventes résidentielles au pays ont affiché un recul de 5,3 % d’un mois à l’autre.

  • Les ventes réelles (non désaisonnalisées) ont diminué de 29,3 % par rapport à juillet 2021.

  • Le nombre de propriétés nouvellement inscrites a baissé de 5,3 % d’un mois à l’autre.

  • L’Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS®) a légèrement reculé de 1,7 % d’un mois à l’autre, mais affiche tout de même une hausse de 10,9 % d’une année à l’autre.

  • En juillet, le prix moyen réel (non désaisonnalisé) des propriétés vendues au pays a diminué de 5 % d’une année à l’autre.

STATISTIQUES RÉSIDENTIELLES NATIONALES

STATISTIQUES RÉSIDENTIELLES NATIONALESSTATISTIQUES RÉSIDENTIELLES NATIONALESSTATISTIQUES RÉSIDENTIELLES NATIONALESSTATISTIQUES RÉSIDENTIELLES NATIONALESSTATISTIQUES RÉSIDENTIELLES NATIONALESSTATISTIQUES RÉSIDENTIELLES NATIONALES

Les ventes résidentielles enregistrées sur les systèmes MLS® canadiens ont reculé de 5,3 % de juin à juillet 2022. Bien qu’il s’agisse de la cinquième baisse consécutive de l’activité immobilière d’un mois à l’autre, c’est aussi la plus faible des cinq. (Graphique A)

Les ventes ont baissé dans les trois quarts de tous les marchés locaux, notamment dans la région du Grand Toronto, dans le Grand Vancouver et la vallée du Fraser, à Calgary et à Edmonton.

Le nombre réel (non désaisonnalisé) de transactions en juillet 2022 était en baisse de 29,3 % par rapport à juillet 2021.

Graphique A

Graphique A

« La tendance des derniers mois se maintient : les ventes ralentissent et les prix diminuent dans certains marchés relativement plus chers du pays, ainsi que dans les régions où les prix ont le plus augmenté au cours des deux dernières années, précise Jill Oudil, présidente de l’ACI. Cela dit, la demande qui était tellement forte il y a quelques mois ne s’est pas estompée pour autant, mais certains acheteurs attendront probablement de voir ce qui va se passer avec les coûts d’emprunt et les prix. Lorsqu’ils réintégreront le marché, ils auront un peu plus de choix, mais pas autant que l’on aurait pu penser. Puisque le marché évolue constamment, il est important de communiquer avec votre courtier ou agent immobilier local afin d’obtenir des informations et des conseils pour mieux comprendre le marché actuel. »

« La baisse du nombre de nouvelles inscriptions est un nouveau facteur à considérer en juillet. Elle a été de la même ampleur que la baisse des ventes, et a eu lieu dans plusieurs des mêmes régions du pays, précise Shaun Cathcart, économiste principal de l’ACI. Il ne s’agit que d’un mois de données à ce stade-ci, mais cela nous porte à croire que certains propriétaires-vendeurs ont eux aussi décidé d’attendre, même si l’offre de propriétés à vendre se situe toujours à un niveau historiquement faible. De plus, la Banque du Canada devrait annoncer les dernières hausses de l’année (environ 100 points de base) au cours des prochains mois, quoique la plupart des taux fixes de cinq ans en tiennent déjà compte. Nous avons observé un rajustement prononcé du marché de l’habitation cette année, et nous espérons qu’il sera de courte durée, pourvu que les conditions du marché continuent à indiquer une certaine stabilisation. »

En juillet, les nouvelles inscriptions ont baissé de 5,3 % d’un mois à l’autre; il s’agit d’une baisse généralisée de nouvelles inscriptions dans les trois quarts des marchés locaux, y compris dans la plupart des marchés les plus importants.

Comme les ventes et les nouvelles inscriptions affichent toutes les deux une baisse de 5,3 % en juillet, le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions demeure inchangé à 51,7 %, soit légèrement inférieur à la moyenne à long terme nationale de 55,1 %.

On comptait 3,4 mois d’inventaire à l’échelle nationale à la fin de juillet 2022. Ce chiffre demeure historiquement faible, mais est tout de même beaucoup plus élevé que le creux record de 1,7 mois enregistré au début de 2022.

En juillet 2022, l’IPP MLS® global et composé a enregistré une baisse de 1,7 % d’un mois à l’autre, soit une baisse légèrement moins importante que celle de 1,9 % enregistré en juin.

À l’échelle régionale, la plupart des déclins au cours des derniers mois ont été enregistrés en Ontario, et dans une moindre mesure, en Colombie-Britannique.

Dans les Prairies, les prix demeurent plus ou moins stables, alors qu’ils commencent tout juste à baisser au Québec. Sur la côte est, les prix continuent de grimper de façon générale, mais beaucoup plus lentement. Halifax-Dartmouth, région relativement plus chère, fait exception; les prix y ont fléchi légèrement.

L’IPP MLS® global et composé non désaisonnalisé affiche toujours une hausse de 10,9 % d’une année à l’autre en juillet, mais ces données comparatives d’une année à l’autre ont baissé assez rapidement depuis le record de 30 % enregistré d’une année à l’autre en janvier et février. (Graphique B)

Graphique B

Graphique B

Le prix moyen réel (non désaisonnalisé) des propriétés vendues au pays en juillet 2022 était de 629 971 $, représentant une baisse de 5 % par rapport au même mois l’an dernier. Le prix moyen national est fortement influencé par les ventes dans le Grand Vancouver et la région du Grand Toronto, deux des marchés les plus actifs et les plus chers au Canada. Si l’on exclut ces deux marchés du calcul de juillet 2022, le prix moyen national baisse d’environ 104 000 $.

Ce ne sont pas que ces deux marchés qui peuvent influer sur la moyenne nationale, les conditions du marché pouvant aussi biaiser les statistiques. Par exemple, la hausse rapide des coûts d’emprunt agit de façon disproportionnée sur les ventes dans les marchés et les segments de marché plus chers. Il en résulte un phénomène statistique connu sous le nom de paradoxe de Simpson, où le changement de la composition des ventes nationales peut conduire le prix moyen national à surestimer la pression à la baisse exercée sur les prix réels. Cela explique pourquoi le prix moyen national affiche une baisse de 5 % d’une année à l’autre en juillet, malgré la faible baisse du prix moyen de 0,4 % en Ontario et la hausse maintenue dans toutes les autres provinces.



Les données de l’IPP MLS® sont maintenant téléchargeables en format Excel (.xlsx).